Bazaar Kindle É Poche

King ou l'art d'enraciner dans les petits faits les plus insignifiants de la vie quotidienne le suspense et l'épouvante Bazaar est au cœur de Castle Rock cette petite ville américaine où l'auteur a situé nombre de ses thrillers telsCujo La Part des ténèbres ouLes Tommyknockers Une poudrière où s'accumulent et se déchaînent toute la violence et la démence que recèle l'âme de chacun Jusqu'à l'implosion King ou l'art de rayer une ville de la carte par la seule force de la haine De ces haines qui vous font mourir ou tuerKing ou l'art d'enraciner dans les petits faits les plus insignifiants de la vie quotidienne le suspense et l'épouvante Bazaar est au cœur de Castle Rock cette petite ville américaine où l'auteur a situé nombre de ses thrillers telsCujo La Part des ténèbres ouLes Tommyknockers Une poudrière où s'accumulent et se déchaînent toute la violence et la démence que recèle l'âme de chacun Jusqu'à l'implosion King ou l'art de rayer une ville de la carte par la seule force de la haine De ces haines qui vous font mourir ou tuerKing ou l'art d'enraciner dans les petits faits les plus insignifiants de la vie quotidienne le suspense et l'épouvante Bazaar est au cœur de Castle Rock cette petite ville américaine où l'auteur a situé nombre de ses thrillers telsCujo La Part des ténèbres ouLes Tommyknockers Une poudrière où s'accumulent et se déchaînent toute la violence et la démence que recèle l'âme de chacun Jusqu'à l'implosion King ou l'art de rayer une ville de la carte par la seule force de la haine De ces haines qui vous font mourir ou tuer


9 thoughts on “Bazaar

  1. says:

    Après avoir lu une vingtaine de romans de King je peux écrire une thèse sur l'auteur que j'adore et ses manies que j'adore beaucoup moins Là comme d'hab il nous plonge dans une petite ville du Maine où comme dans toute petite ville de province repliée sur elle même commérages rancoeurs et haines larvées vont bon train Jusque là tout s'articule pourtant sans problèmes majeurs et les habitants englués dans la routine quotidienne se supportent parfois même très bien L'ennui c'est qu'ils sont nombreux et même si les personnages sont campés avec le brio propre à King on finit par se perdre dans cette affluence au point de ne plus savoir qui est qui et qui fait quoi Prenez un vieil annuaire téléphonique et feuilletez le vous aurez un aperçu de cette cohorte de pénitents Revenons à l'histoire Un jour un individu aussi louche qu'inquiétant va ouvrir une boutique qui va réaliser les souhaits les plus intimes de chacun Pas grand chose en vérité un objet curieux une paire de lunette des broutilles à quatre balles qui résonnent néanmoins comme un glas dans la profondeur des inconscients Parce que pour conserver ce talisman cette raison d'exister il faut Stop Pas question de tout dévoiler Jusque là pour une fois King nous entraîne dans un roman qui est presque un conte philosophique à la Paolo Coelho Vouloir posséder à tout prix cristalliser son obsession sur un trésor qui est peut être une chimère courir le risque d'être floué en découvrant que ce n'était que du vent ça vaut le coup de gâcher sa vie et celles des autres ? Voilà l'interrogation majeure de Bazar et ce n'est pas rien Comme d'hab aussi bis repetita il y a un shérif qui ne tombe pas dans le piège qui enquête et sent bien que toute cette violence qui se déchaîne n'est pas catholique Et alors ? Le tout bon va t il triompher du vilain méchant ? On est à quelques dizaines de pages de la fin du livre quand le cerveau de King part en vrille et qu'il nous offre une fermeture de rideau incohérente et surtout trop facile C'est comme s'il n'avait pas trouvé la sortie et qu'il s'était dit Comment je vais me sortir de ce truc ? Et si je sortais le grand jeu ? Le bouquet démoniaque la cavalcade des forces obscures ? Voilà comment un romancier à l'imagination époustouflante pour ne pas dire géniale se plante royalement quand son inspiration est en rade Il a réussi à écrire le mot FIN Tant mieux pour lui mais nous on reste amèrement sur notre faim